FFA HRF.F.A. : des actions, des réactions ... des résultats
Certains de nos détracteurs fustigent encore et toujours nos actions (réactions) et en nient les résultats. Voici donc un bref résumé de ce que nous avons obtenu et de nos actions en cours.

 


Reconnue comme unique interlocuteur concernant l’aquariophilie d’amateurs, la Fédération Française d’Aquariophilie, titulaire de l’agrément national jeunesse et sport, siège :
  • Au sein du ministère de la transition écologique : Commission nationale consultative « faune sauvage captive » au titre des personnalités qualifiées : Philippe Ancelot (titulaire) et Jean-Jacques Lorrin (suppléant).
  • Au sein du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (Philippe Ancelot) :
    o Comité National d'Orientation de la Politique Animale et Végétale – Bien-Être Animal
    o Commission Nationale Consultative du Centre National de Référence Bien-être Animal
La Fédération est également membre du forum Homme, animal et société.


Cette représentation permet à la Fédération de :
  • Représenter et de défendre les intérêts des Associations affiliées, Associations qui partagent donc la même vision de notre passion ;
  • Faire des propositions allant dans le sens des souhaits et des intérêts des Associations affiliées et de l’aquariophilie ;
  • Réagir immédiatement à toute proposition qui pourrait porter préjudice à l'aquariophilie, en collaboration, si nécessaire avec ProNaturA France, Fédération d’associations regroupant tous types d’éleveurs.


La loi Dombreval
Cette loi est au cœur des actions menées par la Fédération depuis plus d’un an.

Dès janvier 2021, a FFA a été l’une des toutes premières associations à réagir sur la proposition de loi Dombreval. Pour beaucoup nous n’étions que des alarmistes : « ça ne peut pas arriver » ! Et c’est arrivé !!!
La loi Dombreval, initiée par les structures animalistes, est une catastrophe pour les éleveurs, y compris aquariophiles.

Aujourd’hui de nombreuses structures associatives voire professionnelles se sont liguées, au sein de la fédération ProNaturA France, contre cette loi qui a malheureusement été votée par les parlementaires.
La FFA est très présente au sein de ProNaturA puisque Philippe Ancelot et J.Jacques Lorrin, Président et Secrétaire général FFA en sont respectivement Président et Secrétaire.

ProNaturA s’est adjoint le concours d’un cabinet d’avocats chargé de défendre les intérêts de tous les éleveurs. Les premiers résultats sont plutôt positifs car le projet de liste positive rédigé par le ministère de la transition écologique reprend, tout au moins pour les aquariophiles, l’arrêté du 30 novembre 2021. Mais il ne s’agit que d’un projet et gageons que les animalistes et autres antihumanistes véganes vont tout faire pour ne pas en rester là.

De nombreuses actions sont envisagées en fonction du résultat des prochaines élections législatives.

La FFA reste donc très vigilante et fera tout pour défendre les intérêts de l’aquariophilie et des aquariophiles. 


Expositions
Maintien des expositions pour les associations, sous conditions de ne pas dépasser 13 demi-journées/an avec un maximum de 10 000 litres et sans animaux dangereux.
Mais …
Nous avons obtenu la possibilité de présenter des expositions non répétitives, pouvant aller jusqu'à 3 mois, sans capacitaire (dossier à transmettre au ministère de l'écologie par l'intermédiaire de la Fédération).


Certificat de capacité
  • Retrait d’une proposition concernant l’obligation d’un certificat de capacité pour les ventes en bourse ;
  • À notre demande, circulaire du ministère de l'écologie aux DDPP leur rappelant que l'organisation d'une bourse aquariophile ne nécessite pas la présence d'un capacitaire comme certaines l’exigeaient ;
  • Retrait d’une proposition concernant l’obligation d’un certificat de capacité pour les éleveurs amateurs. Seuls devront en être titulaire, notamment, les éleveurs amateurs qui agissent dans un but lucratif ;
  • Inutilité d’un certificat de capacité pour présenter des aquariums dans certains lieux publics (salle d’attente, hôpitaux …).


Bourses
Retrait de propositions :
  • Tendant à interdire les bourses aquariophiles sur une surface supérieure à 100 m2 ;
  • Obligeant les éleveurs amateurs vendant en bourse à s'inscrire au registre du commerce ;
  • Tendant à obliger les éleveurs de loisir à être titulaire d’un certificat de capacité pour la vente en bourse.


Intervention auprès du ministère de l’écologie après la condamnation injustifiée d’un aquariophile.
Cette intervention a abouti à la diffusion d’une circulaire ministérielle incitant les services décentralisés de l’État à appliquer les textes à la lettre et non à leur convenance.
Sur cette affaire, nous sommes également intervenus auprès de tous les parlementaires ce qui a abouti à plusieurs questions écrites et orales auprès du gouvernement.


Veille permanente sur les problèmes du monde de l’élevage pouvant s'appliquer à l'aquariophilie
La Fédération peut ainsi réagir très rapidement et éventuellement agir, seul ou en collaboration avec d'autres structures françaises ou européennes (la législation européenne reprend en général celle du pays le plus strict).

C'est ainsi que nous sommes intervenus sur :
  • La pétition d'un syndicat des commerçants animaliers qui pouvait porter préjudice à l'organisation des bourses d'amateurs ;
  • Une proposition de loi allemande qui tendait à interdire la maintenance de certains animaux de compagnie avec de forte chance de reprise par l'Union Européenne ;
  • Une enquête de l'Union européenne sur les espèces invasives qui pouvait aboutir à certaines interdictions d'importation touchant l'aquariophilie ;
  • La commercialisation, par des laboratoires américains et taïwanais de poisson transgéniques fluorescents ;
  • Le risque d'interdiction, à moyen terme, d'espèces sauvages en Allemagne, à la demande d'une coalition politique, avec de forte chance de reprise par l'Union Européenne;
  • L'interdiction de la "pêche aquariophile" aux USA (Hawaï) ;

Enfin, nous sommes intervenus lors de la publication du "rapport Degois" en alertant tous les Députés européens sur les dangers de son contenu quant aux conséquences sur les rapports Homme/animaux. Ce rapport, rédigé à destination de la Commission européenne, est en effet réalisé totalement à charge contre les éleveurs puisque seules des associations animalistes/antispécistes ont été entendues par la rapporteure.


Espèces exotiques envahissantes
La Fédération est interlocutrice de ce service du ministère de la transition écologique.
À ce titre elle est appelée à donner son avis sur les espèces piscicoles susceptibles d’être classées envahissantes et a obtenu l’assurance d’être consultée sur la teneur des textes définitifs. Nous avons été entendus, par exemple, sur le classement du genre Channa dont il était proposé de classer toutes les espèces « envahissantes » alors que seules trois l’étaient réellement.


Espèces protégées
La Fédération est consultée par le ministère de la transition écologique sur le classement de certaines espèces notamment en Outre-mer. Nous avons obtenu l’assurance d’être consultés pour l’élaboration des textes définitifs.

Plus récemment, nous avons fait connaitre la position des aquariophiles quant à une liste d’espèces guyanaises devant être protégées localement et interdites de détention en France (métropole comprise). Notre analyse a été entendue et le ministère de la transition écologique nous a fait savoir que nous serons consultés lors de l’élaboration finale de l’arrêté.


Veille permanente sur la législation
Indispensable, cette veille s'exerce tant sur le plan national qu'international :
  • Par la consultation journalière :
    o Des journaux officiels (France et U.E.) ;
    o Des travaux des principales Assemblées (notamment Assemblée nationale ; Sénat ; Conseil économique, social et environnemental) ;
  • Par la consultation de revues spécialisées dans la sphère associative en général  ;
  • Par la consultation de revues spécialisées dans le commerce animalier  ;
  • Par l'abonnement à des dizaines de sites traitant de l'aquariophilie, de l'animalerie, des mers et océans, de l'écologie ... ;
  • Par des contacts permanents avec les Fédérations étrangères.

Considérant que, sur le plan de l'U.E., la réglementation du pays le plus strict a de fortes chances de devenir européenne, la FFA anticipe en préparant des réponses qui seront, le cas échéant et uniquement si le besoin s'en fait sentir, proposées à nos législateurs.
C’est le cas, par exemple, du certificat fédéral de compétences aquariophiles qui pourrait servir de base à l’attestation de connaissance demandée par la loi Dombreval.

Nous informons les associations et leurs membres, pratiquement en temps réel, sur toute modification de la législation associative en général et aquariophile en particulier.


Promotion de la reconnaissance du travail des bénévoles
Il s'agit d'un programme de reconnaissance sur 3 niveaux permettant de remettre des insignes fédéraux (bronze, argent, or) et un diplôme. Un niveau « mastère » est destiné à remercier les personnes qui ont rendu de grands services à l'aquariophilie.


Tarifs préférentiels à l'entrée des aquariums publics et parcs zoologiques
La FFA négocie chaque année, pour ses adhérents, un tarif préférentiel pour l'entrée des aquariums publics et parcs zoologiques. Biarritz Océan (Aquarium de Biarritz et Cité de l’océan) ainsi que l’Aquarium du Limousin nous offrent l’entrée gratuite.


Sauvegarde/conservation des récifs coralliens – Élevages conservatoires
La Fédération s’est investie dans une opération de sauvegarde/restauration de récifs coralliens dans l’archipel de Raja-Ampat (Indonésie). Cette opération est menée par la fondation KKBI (Coral Conservation Indonesia.
La FFA a remis un chèque de 1 000 € à cette fondation. Cette donation permettra de restaurer environ 50 m2 de coraux (220 boutures).


Par ailleurs, la Fédération s’investit au niveau du conservatoire Mondial des coraux (CMC) : une Arche de Noé dédiée à la survie des écosystèmes coralliens.
Cette structure est « branchée » sur le réseau des aquariums publics et des scientifiques spécialistes des coraux. Les aquariums publics serviront, non seulement de réservoirs d’espèces menacées d'extinction dans un but de conservation, de conservation et de recherche, mais encore de laboratoire pour la mise en œuvre d`opérations de sélection de génotypes résistants et résilients aux stress.
Ce projet de conservatoire qui repose sur la participation d'un réseau d'aquariums publics et privés mais aussi d’aquariophiles amateurs, donnera une dimension globale aux actions de sensibilisation du public à la nécessité de protéger les récifs coralliens.